Justice

HEPATITE B

Le lien entre vaccin et maladie reconnu

NOUVELOBS.COM | 20.03.2007 | 18:28

Le Conseil d'Etat a reconnu comme accident du travail la sclérose en plaques consécutive à la vaccination obligatoire contre l'hépatite B d'une infirmière.

Le Conseil d'Etat a accordé dans un arrêt rendu public mardi 20 mars le statut d'accident du travail à la sclérose en plaques d'une infirmière de l'hôpital de Sarreguemines, en Moselle. Les premiers symptômes de la maladie, une névrite optique (atteinte au niveau des yeux) et une paralysie régressive du bras droit, étaient survenus deux mois après deux injections obligatoires contre l'hépatite B pratiquées en 1991 et 1996.
Le Conseil d'Etat souligne que "les rapports d'expertise, s'ils ne l'ont pas affirmé, n'ont pas exclu l'existence d'un lien de causalité directe" entre les symptômes de la maladie et la vaccination. Par ailleurs, le directeur général de la santé avait proposé en octobre 2001dans une lettre à l'infirmière "une indemnisation au titre de la responsabilité d'Etat du fait des vaccinations obligatoires".
Le Conseil d'Etat a retenu l'obligation pour les soignants de se vacciner contre l'hépatite B et le "bref délai" entre les symptômes et les injections pour annuler la décision du tribunal administratif de Strasbourg et obliger le directeur de l'hôpital à réexaminer la demande de Nadine Schwartz.

Publié le 20/03 à 12:30
Vaccin anti-hépatite B: jugement du Conseil d'Etat
La plus haute juridiction administrative a donné raison à une infirmière malade d'une sclérose en plaques


Le Conseil d'Etat - France 2
Cette infirmière de l'hôpital de Sarreguemines (Moselle) voulait faire admettre en accident du travail une sclérose en plaques (SEP), survenue après une vaccination obligatoire contre l'hépatite B.

Vaccinée dans le cadre de son activité professionnelle, elle avait reçu deux injections de rappel en mars 1991 et mars 1996.
Elle a été victime en mai 1991 d'une névrite optique (atteinte au niveau des yeux) et en mai 1996 d'une paralysie régressive du bras droit, relevant tous les deux des symptômes de la sclérose en plaque.

Les "rapports d'expertise, s'ils ne l'ont pas affirmé, n'ont pas exclu l'existence d'un lien de causalité directe" entre ses troubles et la vaccination, relève la juridiction administrative. Elle rappelle également que par lettre d'octobre 2001, le directeur général de la santé (ministère santé) proposait à l'infirmière une "indemnisation au titre de la responsabilité d'Etat du fait des vaccinations obligatoires" et ce, en tenant compte de son dossier.

Compte tenu de l'obligation faite aux soignants de se faire vacciner contre l'hépatite B, et du "bref délai" entre les symptômes et les injections, le Conseil d'Etat retient la notion d'"imputabilité au service". Il considère donc que "c'est à tort que le directeur du centre hospitalier a rejeté la demande de l'intéressée".

L'infirmière avait été auparavant déboutée de sa demande le 16 mars 2004 devant le tribunal administratif de Strasbourg. La décision du Conseil d'Etat annule donc ce jugement.

http://www.france2.fr

Réaction des Laboratoires Glaxo Smith Kline :

JUSTICE ; Hépatite B : une avocate poursuivie par un labo
NOUVELOBS.COM | 23.03.2007
 
Me Gisèle Mor, avocate spécialiste des scandales de santé publique se retrouve ce vendredi devant le tribunal. GlaxoSmithKline l'accuse d'avoir violé le secret médical et le secret de l’instruction.
 
Me Gisèle Mor, avocate spécialiste des scandales de santé publique, de l’affaire du sang contaminé à celle du vaccin contre l’hépatite B, se retrouve vendredi 23 mars devant la 17ème chambre correctionnelle du tribunal de Paris, cette fois-ci en tant qu’accusée. C’est l’un des fabriquant du vaccin contre l’hépatite B qui attaque.  Le laboratoire GlaxoSmithKline estime en effet qu’en parlant à la presse, l’avocate a violé le secret médical et le secret de l’instruction. Me Gisèle Mor s'interroge quant à elle, voyant plutôt dans ce procès une tentative d'intimidation car elle a été la première à obtenir des condamnations
Le Conseil d’Etat vient de donner raison à l’une de ses clientes, infirmière à Sarreguemines (Moselle), en reconnaissant le lien de causalité entre l’injection et l’apparition d’une sclérose en plaques.
C’est le casse-tête de santé publique de la décennie. Des enquêtes épidémiologique menée à grande échelle innocentent le vaccin, sans exclure totalement qu’il puisse être en cause. Et si la vaccination contre l’hépatite B était juste à proscrire pour toute personne ayant dans sa famille des antécédents de scléroses en plaques et autres maladies auto-immunes ? Des dizaines expertises médicales individuelles concluent par ailleurs à sa responsabilité. Et la Direction Générale de la Santé indemnise à vie 120 médecins, infirmières et aides soignantes ayant développe une maladie après la vaccination.

Anne Crignon

Mais Maître Gisèle Mor n'abandonne pas ainsi que Nadine Schwarz :
 
 


Le Conseil d’Etat a accordé dans un arrêt rendu public cette semaine le statut d’accident du travail à la sclérose en plaques d’une infirmière de l’hôpital de Sarreguemines, en Moselle. Les premiers symptômes de la maladie, une névrite optique (atteinte au niveau des yeux) et une paralysie régressive du bras droit, étaient survenus deux mois après deux injections obligatoires contre l’hépatite B pratiquées en 1991 et 1996. Le Conseil d’Etat souligne que “les rapports d’expertise, s’ils ne l’ont pas affirmé, n’ont pas exclu l’existence d’un lien de causalité directe” entre les symptômes de la maladie et la vaccination. Par ailleurs, le directeur général de la santé avait proposé en octobre 2001dans une lettre à l’infirmière “une indemnisation au titre de la responsabilité d’Etat du fait des vaccinations obligatoires”. Le Conseil d’Etat a retenu l’obligation pour les soignants de se vacciner contre l’hépatite B et le “bref délai” entre les symptômes et les injections pour annuler la décision du tribunal administratif de Strasbourg et obliger le directeur de l’hôpital à réexaminer la demande de Nadine Schwartz dans un délai de trois mois. “Cette histoire n’est pas encore terminée. On va d’abord attendre les trois mois, que le directeur se positionne. Je ne veux pas partir gagnante. Mais je me bats depuis tellement d’années... j’irai jusqu’au bout”, a déclaré Nadine Schwartz, une mère de deux enfants. Plus “fatiguée”, ressentant des “faiblesses” au niveau des bras ou des jambes, “surtout quand (elle fait) un peu de marche”, Nadine Schwartz, qui continue à travailler, a bénéficié d’un aménagement de son poste à l’hôpital “sans quoi je n’aurais jamais pu continuer”, a-t-elle indiqué. “Si je m’écoutais, j’arrêterais. Ce n’est pas tous les jours évident, surtout depuis quelques jours, car la douleur est plus forte. Mais j’essaie quand même de faire aller”, a confié Mme Schwartz.

Faire jurisprudence

Me Gisèle Mor, une avocate qui défend « 250 dossiers de victimes » dans des affaires de vaccin anti-hépatite B, s’est pour sa part félicitée que cette décision soit “susceptible de faire jurisprudence”. “Nous allons nous en servir devant les juridictions civiles pour les personnes dont la vaccination n’était pas obligatoire, comme c’est le cas pour les soignants. Et si celles-ci ne suivent pas, nous irons devant la Cour européenne des droits de l’homme”, a-t-elle déclar. “L’association des victimes REVAHB (Le Perreux sur Marne) a collecté 2.700 témoignages de gens se disant victimes du vaccin”, indique Armelle Jeanpert, sa présidente. ` “Plus de 500 procédures sont en cours et plus de 150 personnes sont indemnisées par l’Etat (vaccin obligatoire)”, précise-t-elle. Dans ces affaires, “il y a deux poids deux mesures, selon les juridictions, administratives ou civiles, et selon que le vaccin est obligatoire ou pas”, selon Mme Jeanpert. Me Mor a indiqué vouloir porter plainte devant la Cour européenne notamment pour le cas d’une petite fille de 11 ans qui a eu une sclérose en plaques après la vaccination et dont le préjudice n’est pas reconnu, alors qu’il l’a été pour sa sœur vaccinée à l’école d’infirmière à l’âge de 20 ans qui développe la même maladie neurologique.
 

- Quel lien réel ?

Le rapport Dartigues, qui date de 2002 était un rapport d’expertise pour évaluer la politique vaccinale en matière d’hépatite B en France. Dans ses conclusions, il établit que : “aucune donnée ne permet d’affirmer que la vaccination contre l’hépatite B augmente le risque de sclérose en plaques. En revanche, on ne peut pas exclure que la vaccination puisse être un stimulus non spécifique déclenchant un Episode Aigu de Démyélinisation au même titre qu’une infection virale ou un autre vaccin. On ne peut affirmer la spécificité de cette liaison puisque la vaccination contre l’hépatite B est la seule vaccination massive proposée chez l’adulte dans la période à risque pour la sclérose en plaques (de 20 à 50 ans). Les autres vaccins et les infections virales peuvent constituer des stimulus immunologiques susceptibles d’induire les mêmes effets.” Le Conseil d’Etat en a décidé autrement...

Source : http://www.clicanoo.com/article.php3?id_article=152049

 
 
 

 

 

Commentaires (88)

1. Pirot Annick 21/03/2007

Je suis aussi infimière ,j'ai déclaré une SEP en1999 suite à la vaccination HEP B

2. pascale 26/03/2007

également infimière, j'ai déclenché de nombreux problèmes neurologiques suite à la vaccination HEP .J'ai été reconnu en accident de travail imputable au service immédiatement, mais je doit toujours me battre avec les instances administratives pour faire reconnaitre les nouveaux troubles.Cela me fait deja 10ans de souffrances et de combat administratif mais il faut lutter.

3. Christophe 29/03/2007

Suite à la vaccination HEP A + B , avec la vaccin TWINRIX, j'ai contracté une p'tite Spondylarthrite Ankilosante....
Faute à qui, à quoi, adjuvant d'aluminium réputé pour sa toxicité!!!???!!
Vite que la recherche avance...
Bon Courage à tous

4. Patricia 30/03/2007

Aide médico-psychologique, j'ai été vaccinée en 1994 avec Engerix B. Vaccination obligatoire avec chantage à l'emploi. Les douleurs derrière l'oeil gauche sont apparues en 1995. J'ai eu un certificat de SEP en janvier 2001 après IRM et ponction lombaire. Je possède un certificat de neuropathie optique datant d'octobre 2006. Les 21 lésions déjà présentent en 2000 ont augmenté de volume atteignant 5 et 6 mn, ma vue continue de baisser et ma mobilité est réduite à dix minutes de marche quand je suis en forme. J'ai mis treize années pour réunir toutes les preuves de ma SEP post vaccinale. Je n'ai pas trouvé de neurologue acceptant de me faire un lien de causalité entre le VHB et ma SEP, malgré ce long parcours. On parle beaucoup de la neurotoxicité de l'adjuvant aluminique, mais il faut aussi savoir que le VHB (ENGERIX ET GENHEVAC) étaient les premiers vaccins OGM, donc expérimentaux, la population qui refuse les OGM dans son assiette, s'est vue injecter le VHB OGM sans information, mis à part une publicité mensongère qui est largement condamnable.
Souhaitant enfin une justice égale pour tous.

5. laurence 10/04/2007

bonjour a tous moi aussi a soignante le vaccin hepb m'a provoque une sep vaccin en94 et sep declaree en 97 mais aussitot le 1er rappel des troubles neurologiques importants ,sont survenus je suis reconnu par le CHG en maladie professionnelles endec 2003 mais depuis que j'ai pris un avocat mon neurologue à change de diagnostic;pas de traitement adapte seulement bolus de cortisonne tous les 3 mois depuis 13 ans faut-il encore se battre???

6. Chantal 28/05/2007

j'etais aide médico psychologique je ne suis plus qu'une invalide j'ai ete vaccinée et re re vaccinée hepatite b plus dt polio et sans oublier celui qui m'a donné le coup de grace le revaxis en 2003 plus son rappel
je souffre de trouble de la mémoire de perte de reperes dans le temps et dans l'espace
je souffre d e tout mon corps de la plus petite articulation au moindre de mes muscles je ne suis plus capable de faire quoi que se soit sauf a petite dose Les 1er symptomes sont apparus en 1994 apres ma vacciantion obligatoire en 92et93 on a mis à l'époqque tous les diagnostiques possible sur mes douleurs jusqu'a depression puis perte de travail et retour a l'emploi qques annees plus tard revaccination et voila le resultat handicapée les resultats vont tombés d'un jour a l'autre ma 2 biopsie date du mois d'avril 2007 la 1er montrait des myosites et des fascites donc pas suffisant pour prouver la myofasciite a macrophage donc j'attends les derniers resultats avec une biopsie plus profonde et un peu decalée et une hosp de 3j a Créteil on verra si on trouve le responsable de ce qui ronge mon corps jour apres jour premier resultat est syndrome de fatigue chronique fatigue visuel perte de memoire ect cet myalgie chronique attendons les resultats de la biopsie Bon Courage a tout ceux qui souffrent comme nous

7. LOÏC 31/05/2007

J' ai été vacciné contre l' hépatite B en 1995 , car je voulais et pris comme pompier volontaire dans le Finistère (29) . Je suis en fauteuil roulant électrique depuis début 1997 . Aucun traitement n 'a vraiment été efficasse . Je suis toujours en procès depuis 2002 et l' expert judiciaire nommé par la justice ne croit pas à la causabilité du vaccin . Alors il faut toujours et encore se battre pour que la justice reconnaisse ce fait . Le cabinet de Maître Gisèle MOR m ' aide beaucoup .
Bon courage à tous

8. armelin 31/05/2007

j'ai été vacciné contre l'hépatite B dans la perceptive d'une opération du coeur, il y a 10 ans maintenant; alors ont commencées les douleurs. puis opération du coeur il y a 2 ans... et maintenant les souffrances sont devenues abominables: fibromyalgie apparemment; et je ne sais plus quoi faire.
bon courage à toutes et tous: nous en avons bien besoin, je crois!

9. collomb penelope 28/06/2007

je vivais sur la caledonie, on m a envoyé passer une irm a sydney et m a annoncé qe je souffrai d une sep , et on m a fait rentrer en metropole ou, un profeeseur a confirmé ce diagnostic et m a prescrit rebiff 44 a vie au minimum, et un fash de cortisone 4gr!!!! au bout de 6mois j ai erreté le traitement qe m on corp, refusait, j ai repassé une irm 16 moi plu tar avec un autre medecin qi a certifié que je n avais pas assez d element pr confirmer une sep!!!!! je sui tre mal mainteneant mais heureuse aussi mai le doc Camus de mptlier a voulu se servir d un cobaiil!!! je ve me retourner contre lui, que dois je faire???? j ai 28ans, un enfant de 7ans et toute ma vie a remettre encor en question!!!!

10. Gérard 11/11/2007

Vacciné par obligation professionnelle contre l'hépatite B fin 1994, j'ai été hospitalisé en novembre 94 ( dépréssion ) c'est le diagnotique donné à cette époque mais différents symptômes incompris par les médecins, bref aprés plusieurs rechutes en 2002 nouvel arrêt de travail et perte de mon emploie.
Heureusement quelques personnes nous aident à y voir plus clair et s'organisent pour notre défense, un grand merci à elles.
Bon courage à tous.

11. blottiere 25/11/2007

mon témoignage bref est cité sur ce site très bien fait. A la lecture de tous les témoignages ,et à la rencontre d' autres malades chacun exprime la difficulté à établir le lien voir le diagnostic (dépression ,fibromyalgie ,myofascite ect..) ;;pourtant deux constantes se dégage de ces témoignages :le niveau de douleur dépasse de beaucoup les malades communément connues( d' ou suspicion d' exagération de la part des médecins) ainsi qu' une invalidité très importante bien que rarement perceptible au premiers contacts.
la deuxième constante est pour moi l' abscence d' une recherche biologique essentielle ;aucune étude immunologique sérieuse n' est proposée et pourtant cette étude du liquide céphalo rachidien est révélatrice ...dès le départ des recherches les chercheurs ont évoqués sur leur compte rendu aux malades "troubles immunitaires " sans que ne soit jamais faite cette étude .
celle - ci révèle une constante .Mais pour trouver encore faut-il vouloir chercher. Dans bien des cas l' intensité des douleurs et l' existence de neuropathies impose cet examen qui n' est piutant pas fait...il y a faute professionnelle cautionnée par tous.

J' ai mis dix années à l' obtenir et les doutes sur l' origine dysimmunitaire (effondrement en IgA ,IGB ?IGM et en Complément, chez moi.
Les quelques forum médicaux sur lesquels j' ai susgéré aux malades de demander cette recherche (necessaire,mille fois plus fiable que leur biopsie) me comfirme que peu de malades ont eu cette recherche biologique et que cela derange...je me suis fait interdire de communication à chaque fois .

12. julie 12/12/2007

J'etait vaccinée en mon lieu de travail contre l'hépatite b et j'ai contractée une s e p je suis en invalidité et j'aimerais que ce sois reconnu .

13. isabel 12/12/2007

J'ai été vaccinée en 95 alors que j'étais âgée de 15ans.Deux ans plus tard,j'ai commencé à développer des symptômes auxquels personnes ne trouvait d'explications.On m'a même dit que je voulais me faire remarquer comme toutes les adolescentes!!Résultat,on m'a diagnostiquée une SEP en 2005...J'ai une amie qui est dans le même cas que moi:même âge,même vaccin...On en parle toutes les 2,mais notre neurologue refuse de croire à un lien de cause à effet.On ne sait pas trop quoi faire...Faut-il que l'on se mette en relation avec Maître MOR?Bon courage à tout le monde!

14. wassila 13/12/2007

j'ai moi aussi été vacciné contre l'hép B en 1996 par le vaccin GENHEVAC B et j'ai déclaré une SEP début 2004. Ca a débuté par une névrite rétrobulbaire puis des troubles moteurs et sensitifs cette meme année. mon neurologue exclut toute lien avec le vaccin.je ne sais pas quoi faire ... que faut il faire afin d etre reconnu comme victime d erreur "médicale". Bon courage à tous.

15. marie cecile 16/12/2007

la medecine du travail demande une revaccination contre l hep B a ma fille infirmere depuis peu qui commence a travailler a l hopital debut janvier.comment faire pour eviter cette vaccination et quels textes de loi peut on opposer a cette demande

16. mya 16/12/2007

Bonjour je viens d'avoir une petite fille elle a 3mois et elle vient de se faire vacciner revacciner contre l'hépatite B car en Algerie ce vaccin est devenu obligatoire depuis 2000 pour tous les bébé ,alors quel est le rique pour mon bébé merci de me répondre!

17. mya 16/12/2007

Bonjour je viens d'avoir une petite fille elle a 3mois et elle vient de se faire vacciner revacciner contre l'hépatite B car en Algerie ce vaccin est devenu obligatoire depuis 2000 pour tous les bébé ,alors quel est le rique pour mon bébé merci de me répondre!

18. mya 16/12/2007

Bonjour je viens d'avoir une petite fille elle a 3mois et elle vient de se faire vacciner revacciner contre l'hépatite B car en Algerie ce vaccin est devenu obligatoire depuis 2000 pour tous les bébé ,alors quel est le rique pour mon bébé merci de me répondre!

19. MASSEE 17/12/2007

j'ai ete vacciné en 1996 pour mon travail en milieu hospitalier depuis de nombron manneux problèmes de sante je sais depuis peu que j'ai une sclerose en plaque

20. SCHRICKE 24/12/2007

Les différents messages de ce site me réconfortent et me confortent dans ma conviction personnelle que ne partagent apparemment pas la sphère médicale. En 1995, avant un voyage à la Jamaïque, je me suis fait vacciner contre l'hépatite B : quelques mois après, après avoir été diagnostiquée dépressive, on me découvrait une thyroïdite de Hashimoto, un gougerot-svjogren et une SPA. Tous les médecins que j'ai consultés m'ont affirmé qu'il n'y avait aucune relation de causalité avec la vaccination mais je reste perusadée du contraire. Récemment, malgré mes recommandations, une de mes amies a fait vacciner sa fille de 16 ans qui, elle aussi a ensuite déclaré une thyroïdite de hashimoto..Coincidence ?

Voir plus de commentaires
Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site