Résultat de la plainte des cinq familles au Pénal

 

Vous vous souvenez sûrement de la plainte ou alors,

revoyez la catégorie 'Combats des victimes'

J'ai été prévenue ce jour du résultat par Mme

Foucras et je l'en remercie :

 

Une nouvelle qui ne surprendra pas les victimes mais qui prouve combien on entrave la recherche de la vérité et des responsabilités dans le scandale de la vaccination universelle conte l’hépatite B dans notre pays particulièrement :

La Cour de Justice a refusé la recevabilité de la plainte des cinq familles contre les trois ministres concernés par les conséquences de cette vaccination sur la population générale et les enfants : mort de deux adultes, d’une très jeune femme et de deux enfants. La plainte ne portait même pas sur l’homicide involontaire dont le précédent du sang contaminé a montré qu’elle n’aboutissait jamais dans les affaires médicamenteuses faute d’apporter la ' certitude ', mais sur les circonstances et les conditions de cette vaccination sur lesquelles pourtant il y a aujourd’hui quasi unanimité pour dire qu’elle a été excessive, mal ciblée, et donc potentiellement dangereuse.

Quand on ne veut pas trouver, le plus simple est de ne pas chercher à savoir...

 

Mais Madame Foucras ne s'en tient pas à cette 'affaire classée', le dècès du compagnon de sa vie l'a bien quitté suite à sa vaccination !

Ci-après sa lettre envoyée à tous les sénateurs de sa région :

 

Monsieur le Sénateur, Madame le Sénateur,

Une information qui ne surprendra pas les victimes, mais qui prouve combien on entrave la recherche de la vérité et des responsabilités dans le scandale de la vaccination universelle contre l’hépatite B dans notre pays particulièrement :

La Cour de Justice vient de refuser la recevabilité de la plainte des cinq familles concernées par les conséquences de cette vaccination sur la population générale et les enfants : mort de deux adultes, d’une très jeune femme et de deux enfants. La plainte ne portait même pas sur l’homicide involontaire dont le précédent du sang contaminé a montré qu’elle n’aboutissait jamais dans les affaires médicamenteuses faute d’apporter la ' certitude ', mais sur les circonstances et les conditions de cette vaccination sur lesquelles il y a pourtant aujourd’hui quasi unanimité pour dire qu’elle a été excessive, mal ciblée, et donc potentiellement dangereuse.

Quand on ne veut pas trouver, le plus simple est de ne pas chercher.

Le droit à un procès équitable nous a été refusé dans un pays qui se vante d’être la patrie des droits de l’homme.

Nous avions fondé quelque espoir sur votre projet d’enquêter sur les dysfonctionnements et les compromissions de nos organismes de santé publique (Afssaps, CTV, INVS etc…) avec l’industrie pharmaceutique et sur l’indépendance de leurs experts. Seuls deux sénateurs de mon département ont bien voulu me répondre et depuis nous n’entendons plus parler de rien.

Nous ne fondons pas des espoirs insensés sur les enquêtes parlementaires ou sénatoriales dont nous savons d’ailleurs qu’elles peuvent être refusées, comme l’a été celle demandée par les députés Verts en 2001, mais nous ressentons péniblement l’abandon et l’indifférence de nos élus. Les ministres que nous mettons en cause s’abritent derrière des instances supra-nationales (OMS, Bruxelles etc), comme si leur signature au bas des décisions qu’ils prennent n’était qu’une formalité qui ne les engage pas eux-mêmes. Cette dérobade par le haut est inquiétante : nous en tiendrons compte.

Je vous prie instamment, au nom des dizaines de milliers de victimes de ce douloureux dossier (actuelles et hélas futures), de ne pas vous réfugier dans le silence et de prendre la mesure de la gravité de la situation : de non-lieu (sang contaminé) en refus d’examen (il ne s’agit pas de condamner mais d’examiner des faits) est en train de s’installer, en France particulièrement, une tradition d’impunité extrêmement dangereuse, comme le montrent les scandales de santé publique qui ne cessent de se succéder depuis une vingtaine d’années.

Pour ma part, simple citoyenne, sans pouvoir ni notoriété, je suis au moins heureuse de ne m’être pas tue malgré tous les obstacles que j’ai pu rencontrer. Je me permets de vous inciter à lire le témoignage que j’ai publié, qui restera au moins comme une preuve de la réalité des faits pour quiconque voudra savoir. Je vous en rappelle le titre : ' le Dossier Noir du Vaccin contre l’hépatite B, mensonge d’Etat ? ', aux éditions du Rocher.

Merci de bien vouloir me répondre, ou répondre à mon association : le Revahb, 8 rue Joséphine, 94170 Le Perreux-sur-Marne, e.mail : revahb@wanadoo.fr qui informera ses 2600 adhérents. (Revahb signifie ' Réseau Victimes vaccin Hépatite B ').

Veuillez agréer, Monsieur le Sénateur, Madame le Sénateur, l’expression de ma respectueuse considération.

Lucienne FOUCRAS

"Vous pouvez voir l'article du Nouvel Obs de ce 5 avril 2005, certains 'mots' sont choquants sachant que parmi les familles ayant porté plainte, il y a eu des décès et c'est très malvenu...

L'article se trouve dans la catégorie PRESSE du site."

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site