Substance toxique : L'Hydroxyde d'aluminium

VACCINS HEPATITE B

 

ENGERIX B 10 µg/0,5 ml susp inj IM Enf/Nour en ser

Fiche descriptive abrégée du médicament : ENGERIX B 10 µg/0,5 ml susp inj IM Enf/Nour en ser

Forme : suspension injectable

 

par seringue préremplie

antigène de surface recombinant du virus de l'hépatite B

10 µg

Excipients : aluminium hydroxyde, polysorbate 20, sodium chlorure, phosphate disodique dihydrate, phosphate monosodique dihydrate, eau ppi, thiomersal.

Classement pharmaco-thérapeutique VIDAL :
Vaccin : hépatite B

  • AMM : 3516709
    ENGERIX B 10 µg/0,5 ml susp inj IM Enf/Nour en ser : Ser/0,5ml

    Remboursé à 65 %, Agréé aux collectivités

Fiche établie sur la base de l'information officielle en date du 11 juin 2002Laboratoire : GlaxoSmithKline

 

ENGERIX B 20 µg/ml susp inj IM Ad en ser

Fiche descriptive abrégée du médicament : ENGERIX B 20 µg/ml susp inj IM Ad en ser

 

 

 

 

 

 

Forme : suspension injectable

 

par seringue

antigène de surface recombinant du virus de l'hépatite B

20 µg

Excipients : aluminium hydroxyde, polysorbate 20, sodium chlorure, phosphate disodique dihydrate, phosphate monosodique dihydrate, eau ppi, thiomersal.

Classement pharmaco-thérapeutique VIDAL :
Vaccin : hépatite B

  • AMM : 3516690
    ENGERIX B 20 µg/ml susp inj IM Ad en ser : Ser/1ml

    Remboursé à 65 %, Agréé aux collectivités

Fiche établie sur la base de l'information officielle en date du 11 juin 2002Laboratoire : GlaxoSmithKline

 

GENHEVAC B PASTEUR 20 µg/0,5 ml susp inj IM en ser

Fiche descriptive abrégée du médicament : GENHEVAC B PASTEUR 20 µg/0,5 ml susp inj IM en ser

Forme : suspension injectable

 

par 0,5 ml

antigène de surface recombinant du virus de l'hépatite B

20 µg

Excipients : alumine hydroxyde, formaldéhyde, sodium chlorure, polysorbate 80, phosphate monopotassique, phosphate disodique dihydrate, eau ppi.

Classement pharmaco-thérapeutique VIDAL :
Vaccin : hépatite B

  • AMM : 3305036
    GENHEVAC B PASTEUR 20 µg/0,5 ml susp inj IM en ser : Ser préremplie/0,5ml

    Remboursé à 65 %, Agréé aux collectivités

Fiche établie sur la base de l'information officielle en date du 2 juillet 2004Laboratoire : Aventis Pasteur MSD SNC

 

 

Les ' fiches vaccins ' extraites du dictionnaire 'Le Vidal' concernent les vaccins les plus couramment utilisés contre l’hépatite B.

Vous remarquerez une substance commune à ces trois vaccins (que j’ai mise en rouge et soulignée), il s’agit de l’hydroxyde d’aluminium.

Malheureusement, on la trouve également dans d’autres vaccins…

Cette substance est toxique pour l’organisme surtout à haute dose.

Pour mieux comprendre, voici un document qui explique ce qu’est l’hydroxyde d’aluminium et sa toxicité.


L'hydroxyde d'aluminium

 

Un empoisonnement obligatoire, mais... remboursé !

Le saviez-vous ?

La plupart des vaccins renferment un poison pudiquement baptisé 'adjuvant de l'immunité*' . Le plus communément employé à l'heure actuelle - et l'un des plus nocifs - est l'hydroxyde d'aluminium.

Cet adjuvant est présent dans la grande majorité des vaccins actuels - pour l'homme mais aussi l'animal - à raison de 1250 micro grammes par doses.

C'est dire qu'un enfant vacciné de nos jours, a reçu à l'âge de douze mois plus de 8000 micro grammes de ce poison !

Or, cet hydroxyde d'aluminium est toxique pour l'organisme à partir de 60 micro grammes par litre de sang - avec des signes certains d'encéphalopathies (maladie neurologique) à partir de 100 micro grammes par litre de sang.

Se combinant avec la ferritine du sang en lieu et place du fer, l'aluminium n'est pas éliminé par les reins, et peut donc progressivement imprégner le cortex cérébral et l'hippocampe. C'est à dire les zones du cerveau liées à la mémoire et à la personnalité. Il y provoque la formation de vacuoles (trous) dans le tissu nerveux noble, identiques à celles observées dans les encéphalites spongiformes ou maladie de la vache folle.

On retrouve également la présence d'aluminium dans le cerveau des malades atteints par la maladie d'Alzheimer et de la plupart des maladies neurologiques dégénératives...

Ces informations scientifiques n'ont jamais été démenties. Elles sont connues des autorités et délibérément occultées.

En conséquences, l'empoisonnement vaccinal est sans doute responsable :

  • de l'épidémie d'encéphalites spongiformes, tant des animaux (tremblante du mouton, encéphalite de la vache folle) que des hommes (maladie de Kreutfeld Jacob, etc...). L'existence et la responsabilité des prions dans ce drame n'étant sans doute qu'un maquillage habile pour cacher les conséquences de la folie des savants fous !

  • de la flambée de maladies d'Alzheimer que nous observons de nos jours, sachant là encore que les hypothèses génétiques sont hasardeuses et bien peu plausibles.

  • sans doute également de la plupart des cas de scléroses en plaques et de myopathies qui se multiplient si malencontreusement de nos jours.

Il serait temps de promouvoir une politique de santé cohérente, respectueuse du milieu, de l'environnement et de l'être, avec la liberté pour chacun d'accepter ou de refuser ces actes insensés, après une information scientifique qui ne soit pas une simple publicité !

 

Adjuvant de l'immunité :

Il s'agit d'une substance chimique obligatoirement ajoutée au vaccin, pour - soi disant - stimuler la réponse du patient. Il faut savoir qu'un vaccin sans adjuvant est toujours inopérant. Mais l'adjuvant, par sa présence, modifie le terrain du vacciné (ce qui est démontré par les mesures bio-électroniques) et permet le recul apparent et momentané des épidémies, avec , à la clé, leur réapparition et leur recrudescence un peu plus tard. On constate parfois même l'apparition de nouvelles maladies beaucoup plus graves : cancers, maladies auto-immune (rhumatismes majeurs, scléroses en plaques, recto-colite, ulcéro-hémorragique...)

Dr Alain SCOHY

 

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site