Accueil



CE SITE A ETE CREE POUR VOUS INFORMER SUR LES

EFFETS SECONDAIRES GRAVES DU

VACCIN HEPATITE B

(et autres vaccins contenant des excipients dangereux pour la santé)

Comme ' Monsieur et Madame Tout le Monde ',

J’ai toujours fait mes vaccins sans réfléchir, en toute confiance, ce geste est tellement ' encré ' que nous le faisons pour nous protéger et protéger nos enfants…

Un jour, j’ai du faire le vaccin HB et, depuis, tout a basculé.

Aujourd’hui, j’ai accumulé de nombreuses informations dont je n’avais pas connaissance à l’époque…puis, j’ai créé ce site afin d’éviter que cela n’arrive à d'autres ainsi qu’aux enfants !

Je suis atteinte d’une myofasciite à macrophages, myopathie inflammatoire acquise, maladie directement liée à l’hydroxyde d’aluminium contenu dans le vaccin que j’ai effectué.

J’ai perdu ma santé et aucun traitement n’existe…

Alors, informez-vous car je ne suis pas la seule, nous sommes très nombreux à avoir déclaré des maladies auto immunes après une vaccination !

On croit toujours que cela n’arrive qu’aux autres !

Et un matin, on se réveille avec une maladie qui va chambouler toute notre vie à jamais…

Alors, lisez attentivement tous ces documents que j’ai réunis pour vous, ainsi que la synthèse que j’ai réalisée à partir de mes connaissances acquises et diffusez l’information autour de vous car nous ne pouvons malheureusement pas compter sur les médias, tout cela ' bousculerait ' trop de choses…

MERCI ET BONNE LECTURE !

 

Une infirmière atteinte de Sclérose en Plaques

suite au vaccin HB reconnue en Maladie professionnelle

Pour lire, cliquez ICI

 

Peines correctionnelles pour les "insoumis aux vaccins imposés"

Communiqué de presse du 1 février 2007 , catégorie : Santé Médecine

Peines privatives de liberté systématiques pour les insoumis aux obligations vaccinales. Le gouvernement à mis au vote un projet de loi, discuté au sénat début février, qui durcit considérablement la répression à l’insoumission vaccinale en dépit de l’émotion suscitées par la correctionnalisation du 1er vaccin ( BCG en 2001) et des fortes réticences des professionnels de santé concernant le maintien de l’obligation de ce vaccin.

1/ Rappel des faits :

En 2001, le gouvernement changea les peines contraventionnelles pour refus de vaccinations pour les transformer en délits, bien que la loi d’habilitation du parlement autorisait uniquement le gouvernement a réactualiser le code de la santé publique à droit constant.

Plus près de nous, le communiqué de la Société Française de Santé publique du 21 décembre 2006 a émis un avis favorable à la levée de l’obligation généralisée du vaccin BCG, cette décision fait suite aux avis similaires de l’Académie de médecine et du Conseil national de la pédiatrie. A ce jour il semblerait que seul le Comité d’étique ait émis des réserves pour la vaccination ciblée, rendant un avis contraire à la Haute autorité de lutte contre les discriminations.

2/ La situation actuelle

Malgré ces prises de position récentes, à la suite de la publication du rapport parlementaire n°3507 sur les sectes paru en décembre 2006, les députés ont ajouté au projet de réforme de la protection de l’enfance plusieurs dispositions inspirées par les propositions de la commission d’enquête qui visent à généraliser les peines privatives de liberté à tous les insoumis.

En effet, la page 23 du rapport de la commission parlementaire dispose : « Le respect des obligations vaccinales demeure un enjeu de santé publique. C’est dans cette perspective que la commission d’enquête souhaite l’unification des régimes de sanctions des refus parentaux de vaccination de leurs enfants, en alignant toutes les pénalités sur celles prévues à l’article L.3116-4 du code de la santé publique, ce dernier pouvant faire l’objet de la nouvelle rédaction suivante : « Le refus de se soumettre ou de soumettre ceux sur lesquels on exerce l’autorité parentale ou dont on assure la tu telle aux obligations de vaccination prévues aux articles L.3111-2, L.3111-3 et L.3112-1 ou d’en entraver l’exécution est puni de six mois d’emprisonnement et de 3750 euros d’amende ».

Le contexte dans lequel le texte a été mis au vote à l’ Assemblée Nationale crait une confusion entre questions de santé publique et problèmes sectaires, amalgames pernicieux pour la santé publique. Le texte étant maintenant adopté en première lecture par l’Assemblée Nationale, seules les personnes désapprouvant les dispositions de ce projet de loi peuvent encore le voir amendé en faisant un appel citoyen à la sagesse des sénateurs.

Consulter la lettre d’ ALIS adressée au Ministre de la santé

L’Association Liberté Information Santé – ALIS s’efforce de diffuser une information dûment référencée, issue de la littérature médicale internationale, tant au niveau médical que juridique.

PETITION EN LIGNE

Au nom de tous les malades,

Merci de votre solidarité.

 

 AVIS AUX VISITEURS

Si vous souhaitez me contacter, s'il vous plaît, utilisez mon e-mail que trouverez ICI (ou voir rubrique contactez-moi).

Beaucoup utilisent les commentaires et je ne regarde pas systématiquement cette rubrique.

 

Vous êtes le 1040487ème visiteur

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site